Par équipe de moniteurs

La vanille devient de plus en plus une source clé de subsistance économique pour de nombreuses personnes dans divers districts du centre et du sud-ouest de l’Ouganda.

Les agriculteurs se plaignent cependant du vol persistant de la récolte hautement commercialisable.

Des voleurs armés pillent les jardins la nuit et volent les gousses de vanille avant même qu’elles ne mûrissent. Les agriculteurs disent que les voleurs ont continué à piller leurs jardins même si les prix ont chuté à 50 000 Shs le kilo, contre 300 000 Shs l’année dernière.

Selon M. Peter Musisi, président de la Vanilla Farmers Association dans la région du Grand Masaka, lorsque les prix de la vanille ont chuté, de nombreux agriculteurs ont ignoré l’embauche de gardes de sécurité privés pour protéger leurs jardins.

«Beaucoup de nos membres ne pouvaient plus se permettre de payer pour des agents de sécurité privés qui demandent 900 000 Shs par mois. Ainsi, les voleurs profitent de cette situation pour piller à nouveau nos jardins », a déclaré M. Musisi au Daily Monitor lundi.

Au moins 2 000 agriculteurs du Grand Masaka ont adopté la culture de la vanille depuis 1992, date à laquelle la culture a été introduite dans la région. Cependant, seuls 56 la cultivent à grande échelle.

Publicité

M. Musisi a déclaré que les voleurs venaient d’aussi loin que Kampala pour voler les récoltes dans les villages des districts de Kyotera, Lwengo, Rakai et Masaka.

“Pour sauver cette situation, nous demandons au gouvernement de nous fournir du personnel de sécurité pour garder nos jardins car nous payons beaucoup d’impôts”, a-t-il ajouté.

M. Henry Kimera, un cultivateur de vanille à Kyotera, dont le jardin a été envahi la semaine dernière, a déclaré que le vol de vanille avait diminué pendant le verrouillage.

« Le vol de vanille avait considérablement diminué depuis que les gens étaient obligés de rester chez eux et n’avaient jamais l’habitude de se déplacer la nuit, mais ces jours-ci, les voleurs enfreignent les règles du couvre-feu et utilisent des motos pour transporter leur butin », a-t-il déclaré.

M. Kenneth Kavuma, un cultivateur de vanille du district de Lwengo, qui cultive la vanille depuis 21 ans, a déclaré qu’ils alertaient généralement la police de la région chaque fois que des voleurs faisaient une descente dans leurs jardins.

« Nous entendons des voleurs dans nos jardins la nuit, mais certains d’entre nous craignent de les affronter car ils sont généralement armés, même lorsque nous alertons la police, ils ne répondent pas », a-t-il déclaré.

Mme Evidence Nampijja, présidente de la Rakai Vanilla Growers Association, a déclaré que certains de leurs membres prévoyaient de déraciner la vanille et de recourir à la culture du café, citant des menaces pour la sécurité et la fluctuation des prix.

« Certains agriculteurs menacent de couper leur vanille, mais nous les sensibilisons à ne pas le faire car ce n’est pas une sage décision », a-t-elle déclaré.

Cependant, M. Muhammad Nsubuga, le porte-parole de la région sud, a déclaré qu’ils n’avaient reçu aucune plainte concernant le vol de vanille.

« Les agriculteurs devraient signaler de tels cas à la police et nous verrons comment ils peuvent être aidés », a-t-il déclaré.

M. Sebastiano Ssekisala, président de l’Association de la vanille de Twekolera dans le district de Buikwe, a déclaré que tous les producteurs de vanille de la région dormaient désormais dans leurs jardins.

« Nous connaissons des entreprises qui achètent de la vanille non mûre et elles sont de connivence avec certains voleurs. Ils ont commencé à acheter cette vanille en janvier et nous avons donc décidé de garder notre vanille jour et nuit pour éviter le vol », a déclaré M. Ssekisala.

« Le gouvernement a déployé des UDL pour nous aider à protéger notre vanille, mais ils ne nous ont pas aidés. Nous exhortons le gouvernement à nous aider à enquêter sur les entreprises qui achètent de la vanille non mûre parce qu’elles compromettent la qualité de la récolte », a-t-il ajouté.

A Buikwe, la vanille est principalement cultivée dans les villages de Makonge, Kyambogo, Kisaka et Kikkoma.

Les agriculteurs devraient récolter plus de 500 kilogrammes de vanille au cours de la prochaine saison.

Les producteurs de vanille du district de Bundibugyo connaissent également des cas de vol.

M. Reuben Baluku, qui possède un acre de jardin de vanille dans le sous-comté de Ngite, a déclaré qu’il venait de terminer la pollinisation de ses fleurs de vanille qui seront récoltées en décembre de cette année. Il est cependant inquiet pour la récolte.

« Les voleurs ont commencé à voler des vignes de vanille, nous ne savons pas ce qui se passera au moment de la récolte des gousses en décembre. Nous sommes en danger même si les prix des gousses de vanille sont passés de 200 000 Shs le kilo à environ 20 000 Shs », a déclaré M. Baluku.

La vanille est récoltée deux fois par an, en juin-juillet et décembre-janvier.

M. Kajumba Matte, un autre agriculteur de Bundibugyo, a déclaré qu’ils avaient formé des unités de défense locales communautaires connues localement sous le nom d’« équipes de wembule » à chaque niveau paroissial pour garder leur vanille.

« Nous avons adopté la mise en place d’équipes de Wembule pour protéger nos jardins contre les voleurs, car ces équipes ont beaucoup aidé à réduire le vol de cacao dans cette région. Par conséquent, nous sommes également optimistes sur le fait que cela aidera également à résoudre ce problème », a déclaré M. Kajumba.

A propos de la vanille

La vanille met trois ans à fleurir à partir du moment où elle est plantée. Il pousse mieux dans un climat chaud et humide à 1 500 m d’altitude.

Le climat idéal a des précipitations modérées, de 1 500 mm à 3 000 mm. La vanille est considérée comme le composé d’arôme et de saveur le plus populaire au monde pour les aliments, les boissons et les cosmétiques. C’est un complément à la fabrication de saveurs telles que le chocolat et le café. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, Madagascar est le premier producteur mondial de gousses de vanille. Cependant, l’Ouganda possède certaines des meilleures vanilles au monde, ce qui lui confère un avantage concurrentiel par rapport au reste des producteurs .

La majeure partie de la vanille noire gourmet de l’Ouganda est exportée vers l’Europe avec les qualités d’extrait vendues aux États-Unis.

Au milieu des années 90, la vanille est devenue la principale source de revenus pour de nombreux ménages dans les districts de Mukono, Mpigi, Luweero, Bundibugyo et Kasese, mais certains ont abandonné la culture en raison de la fluctuation des prix et des voleurs qui pillent leurs jardins. Cette tendance a refusé aux joueurs une chance de gagner de l’argent supplémentaire sur le marché international comme prévu.

Compilé par Wilson Kutamba, Al-Mahdi Ssenkabirwa, Longino Muhindo, Denis Edema, Derrick Kissa & Alex Ashaba